Mercredi 3 mars 2021

Marcè Lepidi Acquaviva, l’artiste insulaire dans son nouveau local à Lumio

Image
Marcè Lepidi
Installé en Balagne depuis quelques années le parcours et l’univers de Marcè sont véritablement atypiques à plus d’un titre. Sourire espiègle, yeux rieurs, le personnage comme son œuvre ne peuvent laisser les gens indifférents. Lorsqu’on le rencontre, il s’attire très rapidement la sympathie par son humour et son humilité. Répondant à tous les critères du pop’art, cet artiste exprime un militantisme culturel affirmé à travers ses dessins. Il se plaît à détourner les icônes insulaires, se joue des clichés, comme personne. L’objectif avoué étant d’interpeller, provoquer et attirer l’attention sur ce qui lui tient tant à cœur, son île.

Tout commence à Corte, berceau de son enfance. Il décrit avec une affection profonde sa ville et chérie ses souvenirs d’enfance. Élève un peu rêveur, il griffonne ses premiers croquis en cours, sur ses cahiers et sur les tables de classes.

Ses professeurs de l’époque avaient bien tenté de l’orienter vers une école de graphisme et de design sur le continent mais il plaide coupable : « à ce moment-là, j’ai loupé un peu le coche car le corps enseignant avait décelé en moi cette aptitude mais fermement enraciné à Corte je ne voulais pas quitter mes amis, avec le recul, j’aurais sans doute démarré une carrière artistique beaucoup plus tôt »

Rapidement il se tourne vers la vie active, il travaille dans les bars, restaurants, boîte de nuit de la cité paoline et met de côté sa fibre artistique pendant 10 ans.

Il est pourtant sollicité par les amis et réalise pour eux des affiches événementielles, des logos et quelques dessins sur demande.

 

Déclic suite à sa première exposition

 

« En 2009 et 2010, un ami Paul-Antoine Lecerf me propose d’exposer mes dessins dans l’établissement qu’il possédait à l’époque. Et là, la confiance s’installe car au fil du temps, les commandes arrivent, les gens achètent et les demandes se font un peu plus pressantes »

La rencontre avec sa compagne originaire de Calvi précipite son départ pour la Balagne.

« J’avoue que ça a été le grand écart, car passer de Corte au centre de la Corse et capitale historique, à Calvi station balnéaire c’est complexe. Heureusement, à mon arrivée, j’ai travaillé dans un établissement de plage réputé, très fréquenté, l’Octopussy où Anthony Tejedor le propriétaire et son directeur Sean Mcculin, mon beau-frère, ont vraiment facilité mon intégration et offert un cadre de travail et une visibilité incroyable. En 2015, j’ai décidé de sauter le pas et me lancer pleinement de l’activité artistique. Le quotidien est parfois difficile à gérer, la paternité, aujourd’hui je ne vis que de ça, alors forcément le côté financier accapare l’esprit par moment surtout en cette période compliquée. Malgré tout je persiste dans mes choix et mes envies et je me refuse de voir dicter mon travail par quelconque considération économique. J’évite l’abattage avec le tirage papier de mes tableaux, les tirages sont numérotés et conçus avec du papier sélectionné de qualité supérieure, j’essaie aussi de ne pas trop me brider sur les sujets abordés et de rester moi-même, c’est essentiel ».

 

2020-2021 : Les confinements et le déménagement à Lumio où se trouve dorénavant son atelier et un espace d’exposition

 

Le premier confinement lui a permit d’avancer sur des croquis et des commandes, lui qui concède avoir un rythme de production pas assez élevé à son goût, avis sûrement partagé par ses farouches admirateurs toujours plus nombreux.

Le manque de visibilité, la mauvaise gestion de la pandémie, l’absence d’événements et d’expositions ont eu un impact énorme sur ses client soumis à la saisonnalité de l’activité économique insulaire.

« Je dois noter quand même que mon site internet m’a beaucoup aidé car lors du premier confinement, sûrement pour vaincre l’oisiveté, les gens surfaient énormément sur le Net et ont sûrement voulu se faire plaisir dans une période morose et cela m’a du coup créé une activité non négligeable ».

Pour le second confinement, il profite de l’occasion pour déménager ses locaux commerciaux de la zone de Cantone au profit d’un local à Lumio derrière l’agence Euromat.

Il y crée un espace divisé en 2, avec un côté atelier de création et de l’autre un petit showroom lui permettant d’exposer ses pièces et de rendre le lieu convivial.

« Les gens s’arrête plus facilement, une petite dynamique s’est mise en place et je suis très satisfait du résultat ».

Toujours aussi créatif, il avoue avoir encore beaucoup de problématiques à aborder.

Il s’estime très chanceux de pouvoir vivre de son art et timidement nous rappelle qu’il n’a que 10 ans d’activité et que les frontières insulaires sont bien assez grande pour lui.

Malgré la grande concurrence dans le domaine du pop art et l’extrême créativité de certains artistes du continent, il ne cache pas son envie un jour de se frotter à des thématiques internationales mais toujours avec la malice et l’envie de susciter le débat qu’on lui connaît.

Texte François Colombani

Atelier : Lieu dit Piombone Rte 30 Derrière agence EUROMAT 20260 Lumio

Site https://www.lepidi-corsica.com/   Facebook: Marcè Lepidi Acquaviva